Les Puces

les puces

les puces

les puces

Caractéristiques :

Taille corps : de 2 à 6 mm

Couleur : de brun foncé à noir

Signe distinctif : ni ailles  – ni queue

Durée de vie : jusqu’à 150 jours

Alimentation : uniquement du sang

Reproduction : 50 oeufs par jour

Les puces

Nom : Ctenocephalides felis ou Ctenocephalides canis

L’adulte mesure de 2 à 6 mm de long, c’est un insecte sans ailes ni queue. Elles sont aptères, sauteurs, piqueurs et vivent en contact étroit avec leur hôte : ils sont parasites externes de nombreux vertébrés.

Une femelle peut pondre jusqu’à 50 œufs par jour pendant 50 à 100 jours, avec une moyenne de 20 à 30 œufs par jour sur une période de 2 mois.

Les puces ne pouvant se nourrir du sang de chat, de chien ou d’autre mammifère à poil, vont alors s’alimenter de sang humain. Leurs piqûres répétées provoquent des démangeaisons douloureuses au niveau des pieds et des jambes.

Les puces infestent les mammifères (dont l’homme) et quelques oiseaux, et vivent du sang de leurs porteurs. Comme elle passe facilement d’un animal à l’autre, elle peut véhiculer diverses maladies animales, humaines ou zoonotiques. Elles sont aussi une source possible d’allergies.

Alimentation

Après chaque repas sanguin, les puces femelles pondent de quatre à huit œufs ronds ou ovales (0,5 mm de long), à coque lisse, de couleur blanchâtre. Leur texture est collante, mais ils tombent facilement de la peau ou fourrure de l’animal hôte. Si les conditions thermohygrométriques lui sont favorables, l’œuf éclot après quelques jours et il en sort une larve en forme de ver qui, chez les espèces d’hôtes habituels, mesurent au moins 1,5 mm de long.

La larve n’est pas parasite, elle passe par 3 stades durant lesquels elle se nourrit de débris organiques, de dépouilles larvaires et du sang séché se trouvant dans les excrétions des puces adultes. Au repos, elle se fixe solidement aux poils ou sur des fibres à sa disposition en évitant la lumière (elle est lucifuge) et en recherchant une certaine humidité. Elle se recouvre ensuite de poussières, de fibres, de grains de sable, et de débris organiques et, sous ce revêtement, elle se tisse un cocon avec la soie fournie par ses glandes labiales. Dans cet abri, la larve blanche brunit de plus en plus et se métamorphose en adulte en une dizaine de jours.

Reproduction

Il est particulièrement rapide : dès environ 48 heures après leur 1er repas de sang, généralement entamé dans les 30 minutes suivant l’accostage d’un chat ou chien, une femelle peut pondre jusqu’à 50 œufs par jour pendant 50 à 100 jours, avec une moyenne de 20 à 30 œufs par jour sur une période de 2 mois.

Les puces passent par quatre stades de développement : œuf, larve, nymphe, et adulte. La durée du cycle biologique dépend de l’espèce en cause, de la température, de l’humidité et de l’accès à la nourriture. Selon les conditions, une puce devient adulte en deux à plusieurs mois.

La puce adulte du chat n’est pas un parasite transitoire (du chat, du chien ou d’autres mammifères), qui ne grimperait sur l’animal qu’au moment des repas sanguins. Elle cherche au contraire à y passer sa vie car une fois tombée au sol, elle meurt rapidement (en 1 à 4 jours, selon l’humidité) mais les puces présentes sur un carnivore peuvent changer d’hôte, lors de contacts entre deux animaux par exemple, ou dans un lieu clos (cage, élevage, chenil) où il y a promiscuité d’animaux.

Caractère Nuisible

La puce est l’ectoparasite infestant le plus fréquemment les carnivores, dans tous les milieux (forestier, rural, urbain).
Dans le milieu naturel et en zone chaude, on en observe toute l’année. En zone tempérée et froide, ses infestations sont plus importantes du printemps à l’automne. En dessous de 0 °C, la plupart des puces et larves meurent, mais les oiseaux migrateurs en rapportent du sud, et un certain nombre survivent dans les terriers, près des hibernants notamment, ou dans les maisons.

Chez l’homme, les piqûres causent très souvent des prurits désagréables, qu’il faut traiter pour éviter des infections. Les puces peuvent transmettre à l’homme des virus qui vont causer des fièvres et une anémie. Le traitement se résume à du repos et à une alimentation équilibrée (apport de vitamines nécessaire, eau en abondance). Les antibiotiques sont inutiles.

Les puces de carnivores véhiculent et peuvent transmettre des filaires sous-cutanées ou péritonéales et surtout la bactérie Bartonella henselae qui cause la « maladie des griffes du chat ».

 

Contactez-nous

0800 39 853

img_0629